chronique musique

Courant musical phare des années 90, le trip hop mêle hip hop et électronic, le tout mélangé d’une façon très expérimentale. Si ce courant a marqué la génération des 90’s, la relève s’affirme plus confidentiellement, mais promet déjà de grands moments de sons.

Une génération s’éteint au fil des mois qui s’égrainent. Les rubriques nécrologiques des journaux battent à plein régime. Un jour c’est Fats Domino, le suivant France Galle. Le cinéma loin d’alléger ce sentiment de fin d’une ère, alimente à coup de biopics les nostalgies frénétiques. Barbara, sous les trait de Balibar, ou Dalida vivent quelques instants supplémentaires sur les écrans. Nourri sans cesse par ces moments de liesses mortuaires, on se laisserait presque prendre au dépourvu d’un « c’était mieux avant » injustifié. Oui, la musique et l’art doivent beaucoup à ses icônes passées, pour autant la musique n’a de cesse d’évoluer et de se parer d’une multiplicité de variantes.

Prenons Bristol par exemple. Cette ville du Sud-Ouest Britannique est apparue sur les cartes mondiales dans les années 1990, animée par une vague musicale appelée trip hop, portée par Massive Attack Tricky ou Portishead. Pourtant loin d’être axé sur le seul passé, ce bastion musical anglais apprend à faire du neuf sur des bases anciennes. Bien sûr le trip hop continue d’animer les passions et il est impossible de passer un mois dans la ville sans parler de ces gloires présentes et passées.

chronique musique

Toujours aussi prolifiques, ces artistes continuent de publier en alterné des projets innovants et des clips dystopiques ou inquiétants. Pas moyen d’oublier leur esthétique. Pour autant, dans un terreau aussi fertile, de nouveaux noms apparaissent et ravissent les mélomanes. Une Martina Topley Bird, peu connue du grand public, prend alors tout son sens. Connue pour sa collaboration avec Tricky sur Maxinquaye durant son adolescence, l’âge adulte est celui de l’affirmation avec une carrière solo féconde.

chronique musique

Difficile de pourvoir résumer une scène musicale innovante en quelques caractères ! Alors pourquoi ne pas embarquer dans une série de chroniques pour défricher un paysage musical, qui, de villes en pays, porte la musique toujours plus loin. Si certains s’éteignent, la ritournelle, elle, ne peut heureusement s’arrêter.

 

Sélection TRIP HOP pour les nuls

 

Massive Attack – Blue Lines
Premier album du groupe Massive Attack sorti en 1991, il est considéré comme le premier du genre trip hop et fonde le courant musical que tout le monde connaît actuellement. Il mélange musique électronique, hip hop, dub, soul et reggae.

Tricky-Maxinquaye
Premier album également de Tricky en 1995. Cet ancien membre de Massive Attack quitte le groupe en 1994, pour se consacrer à sa carrière solo. Plutôt sombre te mystérieux, cet album produit un son unique et original, salué par la critique.

Martina Topley-Bird – Quixotic
Premier album toujours, de « la fille qui chante sur les disques de Ticky » ou Martina Topley-Bird, sorti en 2003. Elle s’entoure d belle pointures pour réaliser son premier opus, mais arrive surtout à mêler electro folk et soul avec brio.

 

Chronique par Louison Larbodie.