exposition

Pour prendre le temps de s’interroger, d’admirer et de rêver, on vous a déniché les trois dernières expositions qui font le buzz à Casablanca.

Galerie Artspace

« Inception : From Light To Architecture »

expo artspace

Une exposition lumineuse entre Pop culture et jeux de perspective, présentée par l’artiste Emmanuelle Rybojad pour la première fois au Maroc au sein de la galerie Artspace.

« Pour Emmanuelle Rybojad, l’art est pensé comme une expérience à vivre et à faire vivre. Inspirée par les symboles de la culture Pop et des années 70, elle ouvre son atelier à de nouveaux matériaux et travaille des supports variés : miroirs, néons, LED. Dès ses premières œuvres, elle commande deux mille Rubik’s cubes alors qu’elle n’en avait jamais touché un seul, découvre la lumière par les enseignements d’un électricien et adopte les techniques de travail du plexiglas après d’un plasticien. Nait alors son concept de l’infini et rejet que l’on retrouve dans ses œuvres et caractérise son identité artistique. (…) Les œuvres d’Emmanuelle Rybojad se veulent résolument actuelles, empreintes d’une modernité multigénérationelle qui interpelle et incite à l’introspection. Une modernité juste et expressive, cultivée par cette frontière mince entre l’art et l’artisanat, entre un esthétisme qui questionne et une remise en question esthétique. Pour elle, l’œuvre n’a de sens que si le spectateur y prend part : son regard est la touche finale. », déclare le communiqué à propos de l’artiste. Une exposition futuriste à vivre comme une exploration atour de la lumière !

Galerie ArtSpace – 2, rue Hounaine, Racine, Casablanca – Jusqu’au 31 mai.

Atelier 21

« Présences »

atelier 21 exposition

L’artiste peintre Nabil El Makhloufi expose ses œuvres récentes, du 23 avril au 8 juin, à la galerie d’art L’Atelier 21. Vernissage ce mardi 23 avril à partir de 19h !

Dans notre tournée des expositions, on s’arrête à la galerie de l’Atelier 21 pour découvrir les dernières œuvres de l’artiste Nabil El Makhloufi. « La démarche artistique de Nabil El Makhloufi se caractérise par une figuration qui imprime un univers très particulier à ses toiles où dominent réalisme et symbolisme. Une étrange atmosphère de temps suspendu se dégage de ses œuvres. Les personnages que l’artiste crée ne sont jamais inertes. Ils imposent toujours une présence à la fois fragile et menaçante. Le spectateur se retrouve souvent à imaginer l’avant et l’après de la scène figurée. La narration est en effet inhérente à l’œuvre de Nabil El Makhloufi mais garde toujours un côté mystérieux ; chaque personnage, chaque scène étant une fenêtre ouverte sur autre chose. (…) Si Nabil El Makhloufi ne nous révèle jamais précisément le lieu de ces scènes, il évoque subtilement le Maroc dans chacune de ses toiles, sans jamais tomber dans les clichés identitaires. », témoigne le communiqué de l’exposition. Des rêves colorés sur toiles, où la présence de personnages évanescents questionne souvent la place de l’individu dans la société. À voir !

Atelier 21 – 21, rue Abou Mahassine Arrouyani, Casablanca – Jusqu’au 8 juin, vernissage le mardi 23 avril à partir de 19h.

Villa des Arts

« Najia Mehadji : « le trait et la forme, 1985 – 2018 »

najia exposition

Une exposition rétrospective dédiée à Najia Mehadji, artiste peintre marocaine de renommée internationale, initiée par la Fondation ONA entre Casablanca et Rabat.

La première rétrospective de l’œuvre de Najia Mehadji au Maroc. À Casablanca, « Le Trait et la Forme » présentera les œuvres inspirées de l’architecture, du cosmos et des végétaux. À Rabat, « Le Flux et la Danse » permettra de découvrir les œuvres liées à l’énergie de la musique, de la danse, de la vague. Les deux expositions présenteront une centaine d’œuvres, provenant de diverses collections, ainsi qu’un film dévoilant l’artiste dans son atelier et dans l’intimité du geste créateur. (…) La géométrie, l’architecture, l’arborescence, la floraison, le flux, le ressac, expriment son rapport à l’infini. La musique et la danse, qu’elles soient d’Orient ou d’Occident, inspirent à l’artiste un langage pictural tendant à l’abstraction et à l’universel. Le soufisme et les paroles de Rûmi « Tout est un, la vague et la perle, la mer et la pierre…Le monde entier sommeille en chacun de nous », sous-tendent une œuvre en hommage au langage muet de la peinture et à son pouvoir silencieux. », explique Nathalie Gallissot, commissaire de l’exposition et conservatrice en chef du musée moderne de Céret dans un commminqué. Pour découvrir ce talent de l’histoire picturale du Maroc à Casablanca, direction la Villa des Arts !

Villa des arts de Casablanca – 30, Bd Brahim Roudani, Casablanca – Jusqu’au 31 mai.