Donner un petit coup de pouce à notre visage pour lutter contre les rides, la perte de volume et le manque de fermeté, on le souhaite toutes ! Alors on commence à se pencher sur les bienfaits des injections… Acide Hyaluronique, Toxine Botulique, Mésothérapie, Microneedling… Petit tour d’horizon des dernières innovations.

Du côté de l’Acide Hyaluronique
zoom-sur-le-Botox

Naturellement présent dans notre corps, l’Acide Hyaluronique est devenu le produit star de la lutte anti-âge. Dans l’épiderme, cette molécule capable de capter 1000 fois son volume d’eau maintient un bon niveau d’hydratation en retenant l’eau et en la maintenant dans les couches profondes. Pratiquées au cabinet du médecin, les injections d’Acide Hyaluronique constituent un acte médical simple et maîtrisé qui offrent un résultat visible. Plusieurs produits existent sous des noms différents : Art Filler, Restylane, Perlane, Juvéderm, Hyaluderm, Reviderm… Nous avons rencontré le Docteur Bouchta, chirurgien plastique, pour faire le point sur cette technique.

Quelles utilisations ?

Pour combler, le praticien injecte directement sous la peau le produit au niveau des rides, plis et ridules. Les principales zones de traitement : la patte d’oie (contour des yeux), la vallée des larmes (sillon creux sous les yeux), les plis d’amertume (rides aux coins de la bouche), le sillon naso-génien (rides du sourire). On peut également combler la ride du lion même si la Toxine Botulique reste plus préconisée pour les bons résultats obtenus.

Pour apporter du volume au visage quand la graisse fond ou s’affaisse, les injections vont prendre place dans les pommettes, dans le bas des joues, sur l’ovale du visage. Les résultats sont assez spectaculaires, en quelques minutes on rajeunit de 10 ans.

Pour remodeler certaines parties du visage, on agit localement. Pour le nez, on injecte l’acide hyaluronique pour corriger une asymétrie, pour affiner, pour faire disparaître une bosse en ajoutant du volume autour. Pour les lèvres, la molécule va permettre de les redessiner, les épaissir si elles sont trop fines, ou les rendre plus pulpeuses. Dans ces différents cas, il est très important de ne pas injecter trop de produit, et de compter sur une séance de retouche pour éviter les résultats duckface.

Pour estomper des cernes, l’acide hyaluronique est préconisé en cas de creux sous l’œil. Il va venir combler et lisser leur contour. Attention cependant, l’injection est totalement contre-indiquée en cas de poches : la molécule étant hydrophobe, elle se gonfle d’eau et les accentue.

Pour qui ?

Les injections, pratiquées aussi bien chez la femme que chez l’homme, peuvent être effectuées dès 30-35 ans pour lutter contre le vieillissement cutané. Pour corriger ou remodeler une zone du visage (nez, lèvres, menton), l’acide hyaluronique peut être utilisé dès 18 ans.

Comment se déroule la séance ?

Habituellement les injections se pratiquent sans anesthésie. Toutefois, pour certaines zones sensibles (lèvres et contour de la bouche), on peut prévoir une crème anesthésiante locale appliquée sur les zones à traiter au moins une heure avant l’injection. Si une intervention longue est prévue sur le bas du visage, une anesthésie locale est mise en place au début de la séance, pour assurer une insensibilité totale.

En fonction du nombre de zones à traiter, de l’ampleur des améliorations à apporter, et de la nécessité éventuelle de réaliser une anesthésie, la séance d’injection peut durer de 10 minutes à 1 heure. La quantité de produit nécessaire (nombre de seringues) est variable en fonction de chaque patiente. Il est préférable d’envisager d’emblée une séance de retouche après quelques jours ou quelques semaines, et ne pas injecter trop de produit, afin d’optimiser le résultat.

La suite…

Les résultats sont visibles immédiatement à la fin de la séance, mais il faut attendre environ une semaine pour apprécier le résultat définitif. C’est le temps nécessaire pour que le produit se soit bien intégré, que les gonflements et rougeurs aient disparus et que les tissus aient retrouvé toute leur souplesse. L’acide hyaluronique est une molécule résorbable. Ses effets sont donc temporaires et durent en moyenne 6 à 8 mois, 12 mois dans le meilleur des cas. Ensuite, il faut retourner chez le médecin pour de nouvelles injections.

Les tarifs : environ 2500 dh la seringue

Du côté de la Toxine Botulique

Autant aimée que décriée, la toxine botulique connaît toujours un large succès. Avec le recul, la maîtrise des quantités à injecter et le ciblage des zones à corriger, elle permet de traiter efficacement les rides du front, les rides inter-sourcilières, les rides du lion et les rides de la patte d’oie. On la réserve donc pour la partie haute du visage afin d’atténuer les signes du vieillissement. Plusieurs produits sont commercialisés : Botox, Azzalure, Vistabel, Bocouture…

Quelles utilisations ?

Lisser le front, éviter les rides d’expression du haut du visage. La toxine botulique diminue la contraction des muscles en agissant au niveau de la jonction neuro-musculaire (action myorelaxante). Le but le plus souvent recherché est de réduire l’action des muscles situés au niveau du front et des sourcils, afin d’atténuer aussi bien les rides horizontales que les rides verticales. Une telle utilisation permet de lisser les reliefs cutanés et d’obtenir ainsi un effet de rajeunissement.

Pour qui ?

Les injections peuvent être effectuées dès 30-35 ans, aussi bien chez la femme que chez l’homme. Toutefois, on constate un effet préventif durable, si elles sont effectuées plus tôt.


Comment se déroule la séance ?

Aucune préparation particulière n’est nécessaire. Le jour J le médecin nettoie le visage et procède aux injections. Il utilise une aiguille fine et les injections sont peu douloureuses. La durée du traitement est de l’ordre de quelques minutes. Il ne s’agit pas de paralyser le muscle et de gommer toutes expressions, il faut donc traiter progressivement et éviter le risque d’injecter trop de produit lors de la première séance. Il est préférable d’envisager une séance de retouche pour obtenir un résultat satisfaisant et naturel.

La suite…

Les effets secondaires apparaissent sous la forme de gonflements très localisés et de petits hématomes, qui disparaissent rapidement. Pendant les 24 heures qui suivent la séance, il est recommandé de ne pas faire de sport intensif, de ne pas s’allonger, d’éviter les manipulations du visage ou les massages appuyés. Les trois jours qui suivent les injections, il est souhaitable de contracter fortement les muscles injectés trois fois par jour pendant environ 5 secondes. Les résultats apparaissent 3 à 15 jours après les injections. Les rides sont atténuées. Le résultat obtenu après la première séance dure en moyenne 3 à 6 mois. A partir de la deuxième injection, les résultats peuvent être plus durables : 6 à 8 mois.

Les tarifs : environ 2500 dh la seringue

Du côté de la mésothérapie

La mésothérapie consiste à faire des injections locales et très superficielles de principes actifs ciblés à l’aide de très fines aiguilles. « C’est le traitement idéal pour retrouver une peau éclatante, lumineuse et ferme », d’après Amina Skalli Dermo consultante, qui le pratique couramment.

Quelles utilisations ?

Stimuler la peau de l’intérieur, l’hydrater en profondeur, lutter contre son relâchement, raviver son éclat, lisser les ridules, traiter l’aspect des pores dilatés. Le procédé est simple : le praticien injecte dans les couches superficielles de la peau (épiderme et derme) des actifs pour obtenir une action ciblée. Les produits injectés sont principalement des vitamines A, B, C et E, des acides aminés, des minéraux et même de d’acide hyaluronique. À l’origine utilisée dans le traitement de l’arthrose ou la diminution de la douleur musculaire, la mésothérapie est devenue aujourd’hui un must en médecine esthétique.

Pour qui ?

Chez les femmes comme chez les hommes, la mésothérapie se pratique aussi bien sur visage, le cou, le décolleté et les mains, à partir de 30 ans.

Comment se déroule la séance ?

Elle peut être faîte de façon manuelle avec une seringue munie d’une petite aiguille très courte qui pénètre rapidement dans la peau par intermittence, sans dépasser la barrière graisseuse. Soit plus couramment, à l’aide d’un stylet équipé de plusieurs minuscules aiguilles qui vont percer à profondeur variable l’épiderme et le derme. En même temps le praticien applique sur la peau du patient le cocktail de produits adaptés à ses besoins (hydratation, éclat, raffermissement…). Le stylet va faire pénétrer le produit en profondeur et également stimuler la production de collagène dans l’épiderme. Ces deux méthodes sont quasiment indolores et se pratiquent sans anesthésie. Pour les patients les plus sensibles, il est toutefois possible d’appliquer une crème anesthésiante 30 minutes avant la séance. La séance de micro-injections dure vingt minutes environ pour tout le visage, ce n’est pas très long.


La suite…

Après une séance de mésothérapie, des rougeurs sont souvent présentes pendant quelques heures. Des petits bleus se voient parfois sur les peaux fragiles ou au niveau des points d’injection les plus profonds. Dès la première séance, la peau mieux hydratée et plus souple retrouve des couleurs, se retend, et devient plus souple. Au fil de séances, elle devient plus ferme, et le teint retrouve de l’éclat. L’aspect froissé a disparu. Au niveau des mains, la peau devient moins fine et les vaisseaux moins apparents. Au niveau du décolleté, les rides verticales en éventail sont atténuées. Pour obtenir un bon résultat, il faut prévoir 4 séances à 2 ou 3 semaines d’intervalle puis une séance tous les mois ou tous les deux ou trois mois, en entretien.

Les tarifs : 1200 Dh à 2500 Dh la séance selon la quantité de produits à appliquer.

Tous nos remerciements au Docteur Bouchta Chirurgien esthétique (Casablanca) et à Amnia Skalli dermo-consultante (Casablanca) pour leur précieuse collaboration.

Le microneedling

Une nouvelle technique vient compléter l’offre des traitements anti-âge. Le microneedling est une technique de micro-perforation (micro puncture) qui vient régénérer la peau. Il se pratique à l’aide d’un roller de forme cylindrique (ou d’un pistolet) comportant plusieurs centaines de mini-aiguilles courtes. L’intérêt du roller est avant tout mécanique grâce à l’action locale des aiguilles qui vont créer de multiples micro-perforations dans la peau, créant des canaux allant jusqu’au derme. Cela permet la stimulation des fibroblastes, cellules du derme, pour une activation naturelle de la synthèse de fibres de collagène et d’élastine. On observe ainsi une régénération cellulaire naturelle accélérée. On parle de stimulation mécanique ou encore de “mésothérapie sèche”. Le microneedling peut être associé à des principes actifs pour générer le collagène (acide hyaluronique, vitamines, acides aminés) : il augmente leur pénétration dans la peau grâce aux micro-canaux créés par les aiguilles. La grande différence avec la mésothérapie réside dans le nombre beaucoup plus important de micro-perforations créées sans injections.