hammam

Bien avant l’avènement de Marrakech, la légende raconte qu’une cité prospère existait non loin de là, celle du roi de Séville, et que son rayonnement s’étendait du Sahara aux confins de la Méditerranée… Zoom sur Aghmat, un site chargé d’histoire qui livre aujourd’hui une partie de ses secrets.

Bien avant l’avènement de Marrakech, la légende raconte qu’une cité prospère existait non loin de là, celle du roi de Séville, Al Mu’tamid ibn Abbâd, et que son rayonnement s’étendait du Sahara aux confins de la Méditerranée… Les siècles ont passé et nulle trace de cette cité. Jusqu’à ce jour de 2004 où un petit garçon du village d’Aghmat conduit une jeune femme américaine sur un terrain de rocaille et d’arbustes. Il lui demande : « Veux-tu que je te montre les salles du hammam de la grande cité d’Aghmat ? ». Intriguée, elle le suit et découvre quelques pierres ensevelies et des formes laissant percevoir des ouvertures. Elle a aussitôt l’intuition qu’il pourrait s’agir d’une découverte exceptionnelle. Cette femme s’appelle Vanessa Vreeland, épouse de l’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat et surtout spécialiste de céramique ancienne. En peu de temps, une équipe d’archéologues est rapidement constituée sous la direction conjointe de Ronald Messier, professeur à la Middle Tenessy State University aux Etats Unis, et Abdallah Fili, professeur à la Faculté des Lettres d’El-Jadida, au Maroc.

hammam

Très vite, ils confirment l’importance de la découverte. Ils sont bien en présence de la ville Idrisside florissante du VIIIème siècle devenue la fameuse cité capitale des Almoravides au XIème siècle. Située à l’entrée de la vallée de l’Ourika, Aghmat était en effet idéalement placée sur les routes de l’Atlas, bénéficiant du commerce des caravaniers. La Fondation Aghmat présidée par Moulay Abdallah Alaoui Socé est créée en 2007. Elle regroupe des scientifiques et des mécènes conscients de l’importance de sauvegarder le patrimoine historique du Maroc et de le transmettre aux générations suivantes.

Le travail des chercheurs met à jour les salles du hammam étonnamment préservées, les ruines du palais, la mosquée (les fondations de la mosquée datent de 859 selon les textes historiques), la salle de prière qui mesurait 45 mètres de large et comptait onze nefs et sept travées. On peut à présent affirmer que la ville s’étendait sur un territoire aménagé de bassins, de systèmes d’irrigation très développés, de ponts et de remparts dont on retrouve les traces aujourd’hui. Les murs et bâtiments sont progressivement restaurés. Une quantité importante d’éléments archéologiques refait surface : céramiques, métaux, objets en os, verreries, mais également des plâtres sculptés et des enduits peints. Lampes à huile, poignards berbères, fibules, bagues, monnaies en bronze :
les objets trouvés lors des campagnes de fouilles sont répertoriés en vue de la création d’un futur musée.

Les terres contenant les vestiges sont progressivement achetées aux petits propriétaires par le ministère de la culture et de nombreux projets sont à l’étude autour de ce patrimoine exceptionnel : musée, maison des chercheurs, centre d’interprétation… Seulement 1% du site qui s’étend sur 30 hectares a été fouillé et il reste énormément de travail à fournir pour découvrir les trésors encore ensevelies. Les prochaines campagnes de fouilles sont prévues en septembre prochain.

Aux portes de Marrakech, ce patrimoine exceptionnel témoigne de la richesse de la région et de son importance millénaire. Il a vocation à être ouvert au public prochainement et devenir un atout culturel et historique pour le développement touristique de Marrakech.

Le site est fermé au public. Il est néanmoins possible de le visiter avec un professionnel en groupe très restreint.
Vous pouvez contacter La Fondation Aghmat pour des informations complémentaires : +212 522 436 778

Aghmat en quelques chiffres :

VIII-IXe siècles : place Idrisside
X-XIe siècles : capitale des Almoravides qui fondent Marrakech ensuite en 1070
2005 : début des fouilles
2007 : création de la Fondation Aghmat
2016 : Le site est classé au titre des Monuments Historiques