Ahlam zamia actrice interview Maroc influenceuse

Pas moins de six projets sur petit et grand écran cette année, une bouille de poupée à faire fondre les cœurs et une carrière menée tambour battant… Rencontre avec Ahlam Zaimi, actrice autodidacte et influenceuse positive qui a su se créer un chemin vers les étoiles avec beaucoup de détermination.

Cinéma, TV… Le public marocain te connait à travers les écrans mais quelle est ton histoire, ton arrivée dans le milieu du cinéma ?
Ahlam Zaimi :
J’ai toujours vécu à Casablanca et malgré le fait que je sois née à Rabat, je me considère comme une casaouia, une vraie. Je suis l’aînée d’une sœur et d’un frère. Pour le reste, j’ai un parcours atypique. J’ai fait mes études dans une école de commerce et j’ai ensuite travaillé dans le groupe Accor. J’ai fait le tour des hôtels en tant que manager, avant qu’un ami, Mourad Zaoui, me propose d’auditionner pour un rôle. Je n’avais jamais pensé être actrice. Je me suis dit, pourquoi pas ? Après huit ans dans l’hôtellerie, je pense que j’en avais fait le tour, j’avais besoin de faire autre chose, c’était le bon moment.

Un coup de foudre s’est opéré avec le métier d’acteur ?
A.Z :
Oui,quand j’ai débarqué pour la première fois sur le « set »,j’ai compris que j’étais faite pour ce métier. Je n’avais pas l’impression d’avoir une caméra devant moi, je ne ressentais même pas la présence des gens. Mon jeu a plu et du coup, j’ai enchaîné les projets. Quand j’ai choisi de devenir actrice, les gens m’ont prise pour une folle, à commencer par mes parents. Au final, malgré les difficultés rencontrées, j’ai tout de même pu percer, et je suis très contente et fière de ce parcours. J’ai profité de cette chance – je dis toujours qu’il faut provoquer sa chance – et j’y ai cru jusqu’au bout. Aujourd’hui cela fait 4 ans que je n’ai pas arrêté de tourner! Ça parait fou.

Etre autodidacte, apprendre sur le tas, un challenge quotidien dans ce métier?
A.Z :
C’est toujours risqué, il faut croire en soi. On peut y arriver avec le peu que l’on a, mais avec beaucoup de volonté. Je suis une personne très curieuse et je ne lâche rien. J’apprends sur le set tous les jours et je continue à le faire. Le jour où j’arrêterai d’apprendre, ce métier ne m’intéressera plus.

Ahlam zamia actrice interview Maroc influenceuse

Mis à part ta carrière d’actrice, tu es également influenceuse à part entière : qu’est-ce que cela représente pour toi ?
A.Z : C’est venu de manière très spontanée. Au début, je faisais ça juste parce qu’il fallait être présente sur les réseaux sociaux, puis j’ai commencé à partager des choses sur mon quotidien que ce soit mon côté maman, ma famille, mes activités, mon sport, tout ça. Mais mes followers voulaient plus – ils ont commencé à me demander ce que je portais, comment je me maquillais… C’est bien de partager mais il faut que ce soit intéressant pour les gens qui te suivent ! Je ne suis pas là juste pour me montrer, je veux faire du bien et apporter un message positif. Mon hashtag préféré est #positivevibesonly : je ne poste que des choses sur le sport, la danse, la motivation, faire ce que l’on aime, y croire… Ça me pousse à rester ce que je suis et à me remettre en question pour savoir si je vais dans la bonne direction.

Une sportive assidue également donc ?
A.Z :
Oui, même si avec mes tournages, c’est compliqué, je m’impose un rythme de 3 séances par semaine minimum. J’ai fait beaucoup de sport toute ma vie : danse classique, équitation, basket, foot aussi d’ailleurs… Je sais même jongler avec des talons (rires). Mais ma passion reste la danse, la danse, la danse. Quand je ne vais pas bien je danse et quand je vais bien je danse aussi (rires) ! C’est vraiment une échappatoire.

As-tu un modèle dans le milieu du cinéma ?
A.Z :
J’ai un exemple qui me parle beaucoup: celui de Charlize eron dans le film « Monster ». Déjà parce que c’est une actrice autodidacte, mais aussi parce qu’on se trompe énormément à dire que le physique est important. Le plus important c’est de savoir changer de facette et de prendre des risques. Je l’adore dans ce rôle, parce que justement elle décide de mettre sa plastique de rêve de côté et passe de magnifique à horrible, pour coller au scénario. Au Maroc, on ne m’a pas encore proposé ça, mais je dirais oui tout de suite ! C’est en prenant ce genre de risques que tu te distingues et que tu prouves ton talent. Il faut savoir mettre plus d’émotions que de physique dans ses rôles, et je suis prête à le faire !

ahlam zaimi actrice intervie

Cette année, tu as été beaucoup présente, deux séries diffusées à la télévision mais aussi un long métrage… Est-ce que c’est une continuité logique le cinéma pour toi ?
A.Z :
Les deux fonctionnent en parallèle. Je ne veux pas quitter la TV pour aller vers le cinéma ou l’inverse. C’est très important de rester présente à la TV, même si j’ai aussi envie de m’éclater au cinéma ! Si la TV impose beaucoup de restrictions, le cinéma permet de se lâcher plus, c’est ce qui est intéressant pour une actrice, pour pouvoir développer un personnage correctement. Mais je suis très fière de mon parcours à la TV. J’ai deux séries qui sont passées pendant ramadan, dont une qui est devenue Tendance Marocaine N°1 sur Youtube, dès le premier jour, et je peux le dire, je suis très fière ! L’autre, « Echec et mat » en français, est la série marocaine N°1 depuis sa création. Avoir deux séries complètement différentes qui cartonnent, vous comprenez pourquoi maintenant je suis sur mon petit nuage !

Tu es également maman d’un petit garçon…Difficile de concilier vie perso et professionnelle ?
A.Z : Oui mon fils a 9 ans et il s’appelle Jad. Quand on tourne, on a des programmes chargés, mais ma priorité, c’est lui. C’est une question d’organisation, que l’on soit actrice, directrice, ou n’importe, il faut se donner les moyens d’être une bonne maman. Je ne suis pas une maman poule. Je veux donner la liberté à mon fils d’être épanoui avec et sans moi. Le plus important c’est qu’il soit heureux ! Qu’il désire devenir footballeur ou autre, l’important c’est vraiment qu’il suive son cœur. Et je suis contente parce qu’il joue très bien au football, c’est le futur Messi (rires) ! Je croise les doigts pour lui.

Ta vie privée…, c’est important de la protéger ?
A.Z :
La préserver oui, la cacher non. C’est une fierté pour moi de parler de mon fils ou de ma famille. Après Jad n’a pas choisi d’être sur les réseaux, il y est parfois parce que c’est ma vie, mais je n’ai pas envie de l’exposer tout le temps.

Quels sont tes futurs projets ?
A.Z :
J’ai un film américain à mon actif avec un réalisateur marocain et je vais déjà partir à L.A pour la première. J’ai une proposition pour un long métrage à Paris et je vais prendre cette expérience comme elle vient, car je n’ai aucune connexion à l’étranger. Et je suis en négociation pour un projet très confidentiel, tout ce que je peux dire, c’est que c’est une belle série, on parle peut-être de Netflix…

Fast interview 

Ahlam zamia actrice interview Maroc influenceuse

Si tu ne devais prendre qu’un seul objet sur une île déserte ? Une enceinte pour mettre de la musique.

Une personne ? Mon fils, pardon maman ! (rires)

Baskets vs escarpins ? Les deux !

Soirée à la maison ou dancefloor ? Dancefloor.

Assiette de fruits ou profiteroles ? Les fruits bien sûr. Les profiteroles au chocolat sont mon seul péché mignon, mais je n’en mange qu’une fois par an. Je suis plutôt salé et j’ai toujours aimé manger équilibré.

Cuisine à la maison ou Jumia ? Jumia clairement ! Je ne sais pas du tout cuisiner, même une omelette !

Stories ou magazines ? Madame Maroc bien sûr (rires) !

3 destinations qui te font rêver ? La Thaïlande, d’ailleurs je pense que je vais le faire cet été, sinon Cuba et l’Inde.

Une citation qui te représente le plus ? « I do not believe taking the right decision, I take decision and make it right »

Ton pire cauchemar ? Le vide ! Sauter en parachute… Juste d’en parler, j’angoisse.