enfant musiques nouvelles méthodes apprentissages écoles Maroc

Avec les émissions de téléréalité, les shows qui repèrent les talents de demain et les vlogs (vidéoblogs) des jeunes artistes en attente de célébrité, nos enfants (et nous !) se voient déjà en haut de l’affiche. Pourtant, l’apprentissage d’un instrument relève d’un long parcours qui requiert persévérance et travail. Comment faire alors que notre petit génie ne s’arrête pas aux premières notes de la « Lettre à Elise » ?

Apprendre en s’amusant

De nombreuses méthodes et outils ont heureusement été mis au point par des musiciens et des professeurs passionnés, déçus de voir leurs élèves abandonner trop rapidement. Dès la petite enfance, il est désormais possible de s’initier à l’art et à la musique. C’est le projet pédagogique de la crèche « Les P’tits Solistes de Casablanca ». À partir de 12 mois, les enfants apprennent en s’amusant et développent l’oreille, la mémoire, la motricité, l’imagination ou encore la créativité. Pour M’hamed el Menjra, fondateur et directeur de l’école CODA de Casablanca, l’éveil musical est recommandé dès 3 ans : « l’enfant utilise alors son corps comme instrument, il s’initie à différents rythmes ou dessine les notes avec de la peinture ».

Musique : les nouvelles méthodes d’apprentissage

Il ajoute que « l’apprentissage du solfège ne peut plus passer uniquement par les méthodes anciennes. L’instrument est toujours le plus important. Aujourd’hui la concentration est en nette diminution. Les enfants sont sollicités par beaucoup d’informations en même temps. Il faut donc captiver l’enfant à travers des concerts, des performances ; le laisser approcher tous les instruments ». M’Hamed a conçu son école selon les méthodes qu’il a apprises aux Etats Unis : « il faut donner confiance aux apprentis musiciens, qu’ils puissent composer rapidement et se jeter dans l’arène ». Il reconnaît qu’un minimum de théorie est nécessaire, tout en simplifiant l’apprentissage du solfège. Celui-ci peut s’apprendre en parallèle grâce à des sites comme www.musiclic.com ou des applications sur Smartphones.

Même constat pour Joël Pellegrini, batteur, compositeur de musiques de lms et créateur de la Méthode Pierrot qu’il enseigne au Studio des Arts Vivants de Casablanca :« Auparavant les élèves ne commençaient l’instrument que vers l’âge de 10 ans. Or la découverte du rythme et de la batterie peut se faire dès 5 ans. L’oreille se forme très tôt. Joël raconte qu’il a imaginé la Méthode Pierrot en observant les enfants : « J’ai cherché des rythmes qui venaient de leur univers et j’ai adapté la musique en la simplifiant». La Méthode Pierrot, disponible aux éditions Henry Lemoine, est composée de deux volumes illustrés, basée sur des rythmes associés à des images et des mouvements de danse (la locomotive, les indiens…). L’apprentissage du solfège devient une vraie partie de plaisir.

La musique à distance

Pas toujours facile de trouver un cours près de chez soi ou des horaires qui nous correspondent. À l’aide d’une connexion internet, d’une webcam et de l’instrument choisi, il est possible de suivre des cours à distance, dispensés par des professeurs spécialisés. C’est ce que propose le site www.carpediese.fr. Recommandé à partir de 8 ans, l’enfant est rapidement autonome en lien avec son professeur. Les horaires sont souples et jusqu’à 21h (heure marocaine) le soir. L’élève apprend rapidement les morceaux qu’il aime et qui vont le motiver pour s’investir d’avantage dans la technique et le solfège. La session comprend 4 cours particuliers en direct, à raison d’une leçon par semaine. Le jeune musicien peut ensuite travailler chez lui, à son rythme, à l’aide des vidéos de révision personnalisées. Session de 4 cours à 99,90€ (1090 Dh) et de 12 cours à 269,70€ (2940 Dh).

Pour les plus grands, le site www.imusic-school.com propose de suivre les cours enregistrés en streaming vidéo avec accès illimité d’artistes émérites comme Sanse- verino, Keziah Jones, André Manoukian ou encore Rose. Décliné pour les petits à l’adresse www.imusic-kids.com, les vidéos spécialement conçues captivent les enfants grâce à des « jeux de notes fastoches », « le pianOtine », « les comptinettes ». On adore leurs vidéos gratuites qui donnent vraiment envie de continuer l’expérience avec sa progéniture. Forfait unique à 14,95€ (163 Dh) sans renouvellement.

Les nouvelles technologies et la musique

Les entreprises et les start-up ont investit également ce domaine depuis quelques années. L’écran géant tactile Speechi propose (plutôt pour les écoles) une version musicale d’ap- prentissage : reconnaître les notes à l’oreille, pouvoir les lire, découvrir le clavier ; les étapes incontournables et parfois rébarbatives de la formation deviennent immédiates et ludiques. Le ONE smart piano, véritable piano « intelligent » créé par une start-up, est doté de touches de couleurs LED et se connecte à un Smartphone. L’instrument fonctionne comme un jeu vidéo et permet à l’enfant de s’amuser tout en apprenant. Répéter des gammes pour accéder au prochain niveau de jeu et gagner des points s’avèrent plus facile pour l’enfant : il acceptera le « Game Over » de la technologie alors qu’il pourra être découragé par le jugement d’un professeur. On conseillera cependant ces outils en com- plément des cours traditionnels : M’hamed el Menjra rappelle que « l’école est importante pour approfondir les connaissances, aider l’élève à devenir un meilleur musicien et se confronter aux autres et au public.»

Par Géraldine Hédelin