Inauguré au fort Rottembourg, le musée national de la photographie promet une échappée culturelle des plus réjouissantes face aux embruns. Focus sur ce nouveau temple du huitième art.

La photographie, nouvelle expression artistique en vogue ?
C’est le pari initié par la Fondation Nationale des Musées (FNM) avec l’arrivée d’une escale inédite au sein de son parc muséal : le musée national de la photographie. Présenté en janvier dernier à l’occasion de son exposition inaugurale intitulée « Sourtna », l’espace se fait l’étendard de la création contemporaine en dédiant ses murs aux talents de la nouvelle scène marocaine. Une première.

Sur place, carte blanche est donnée au street- photographer casablancais, Yassine Alaoui Ismaili, alias « Yoriyas », révélé par sa série « Casablanca : not the movie », publiée notamment dans le New York Times. Au sein d’un parcours cadencé où les clichés se répondent dans un dialogue optique, l’artiste a rassemblé autour de lui 15 photographes, émergents et confirmés – dont certains dénichés directement sur Instagram – pour offrir aux visiteurs un panorama éclectique. L’objectif ? Exprimer les différentes visions des enjeux de la modernité marocaine.

Et le lieu, chargé d’histoire, se prête volontiers à l’exercice. Situé dans l’enceinte du Fort Rottembourg, à l’orée du quartier de l’Océan, le bâtiment, érigé au 19ème siècle et totalement rénové, invite à la contemplation. Lignes graphiques, salles souterraines aux allures de labyrinthes secrets, tour surplombant la mer : la bâtisse appelée aussi Fort Hervé ou encore Borj El Kebir, longtemps considérée comme un symbole diplomatique, se découvre sous un tout nouveau jour.

Des portraits pop et acidulés de M’hammed Kilito aux messages muraux shootés par Lhoucine Boubelrhiti aux quatre coins du Maroc, des scènes de hammam évanescentes de Mehdy Mariouch aux mises en scène ultra-féministes de Fatima Zohra Serri… Le Fort abrite un concentré de talents appliqués à capturer en images le rapport au temps, à l’humain ou l’histoire, à l’image des portraits calligraphiés transposés sur plexiglas d’Amine Oulmakki. Une balade arty à la rencontre de ceux qui font « bouger les lignes de la photographie marocaine », on ne peut qu’approuver!

Musée National de la Photographie de Rabat – Avenue Mokhtar Gazoulit, quartier Océan, Rabat – Ouvert du lundi au dimanche de 10h à 18h, fermé le mardi.