Nezha Alaoui Portrait interview 8 mars

Et si on s’offrait une bonne dose d’empowerment ? Basé sur les notions de leadership, le concept Mayshad initié par Nezha Alaoui promet de parler à toutes les workings girls (et les autres), en quête d’énergie positive.

Initié par l’entrepreneure-photographe- créatrice Nezha Alaoui, cette plateforme de partage se place comme la philosophie work&lifestyle à adopter pour toutes celles qui ont à cœur de faire « bouger les choses ». Et pour cause, business woman reconvertie au métier de photographe, Nezha Alaoui a su devenir au fil des années une « social influenceur » aux valeurs humanistes reconnue à travers le monde. De ses photographies pour l’ONU, à la création de la Fondation Mayshad, en passant par la mode, cette véritable touche à tout a su bousculer au gré de ses nombreux projets, les codes de entrepreneuriat au féminin. Son mantra ? « Be who you want be ». On dit oui !

ezha Alaoui Portrait interview 8 mars

C’est à Descartes à Rabat qu’elle côtoie les bancs de l’école avant de s’envoler à 15 ans pour Toronto. De pays en pays, son bachelor business international en poche, cette jeune maman de deux enfants développe à son retour plusieurs franchises sur le territoire. Malaise. Bien qu’accomplie, Nezha ressent toujours l’appel de « l’ailleurs ». À 27 ans elle plaque tout, mari, affaires, et décide de reconstruire sa vie dans le social. C’est le grand saut. « Je me suis sentie dans une mission avec le devoir de transmettre un message. J’ai du prendre des risques, on m’aurait toujours reproché d’être bien née », confesse-t-elle. Une volonté de fer qui la pousse à apprendre le métier de photographe avant de décrocher une mission pour l’ONU avec le programme alimentaire mondial. Livre photo, expositions… c’est la consécration. Mais cette acharnée de travail ne s’arrête pas là : humaniste dans l’âme, elle crée également dans la foulée la Fondation Mayshad, une ONG basée à New York qui soutient les femmes en situation de vulnérabilité, tout en signant son entrée sur les réseaux sociaux en 2014. Missions humanitaires, webmagazine, marque de maroquinerie de luxe, maison d’hôtes à Rabat, conférences à travers le monde… tout s’enchaîne. Un écosystème à part entière qu’elle transmet avec passion. Ses dernières actus ? Un livre, « Be a leader : be who you want to be », sorti en septembre dernier et la création d’une nouvelle force de leadership de femmes exécutives américaines. Un discours inspiré et inspirant, qu’elle partage sur les réseaux sociaux en culminant à plus de 1 million de followers sur Instagram, et quelques 44 000 abonnés sur Facebook.

Pourquoi on l’aime ?

Car derrière les prises de risques et les succès de son histoire personnelle on admire la détermination d’une femme de cœur. De ses missions humanitaires en Afrique à ses actions de leadership, la philosophie Mayshad nous contamine petit à petit et nous susurre à l’oreille que dans la vie rien n’est impossible ! Et ça fait du bien.

Interview express

ezha Alaoui Portrait interview 8 mars

« Mon histoire est une histoire qui peut inspirer d’autres femmes. Pour moi, oui je suis influenceuse, mais pas seulement. Qui dit influence dit responsabilités on doit faire attention au message que l’on passe : ma vie n’est pas parfaite. Ce n’est pas que visuel, un compte doit être géré comme une ligne éditoriale d’un magazine. Les réseaux sociaux démultiplient juste l’impact de notre voix. Et moi, « l’espoir », c’est ça le message que j’ai à transmettre. Développer le « women empowerment » à travers des valeurs universelles est un message qui a sa place aujourd’hui. J’existe à travers tout ça ».

Que représente le Maroc pour vous ?

Le Maroc, c’est le pays où j’ai eu la chance de grandir mais c’est aussi le pays où j’ai vu de grands artistes venir des quatre coins du monde pour s’y inspirer. J’ai alors compris qu’il y avait une énergie spéciale au Maroc et j’ai décidé de le découvrir et d’en tomber amoureuse comme une personne qui choisit ce pays, pas comme celle qui le subit. Riche d’une triple culture : française d’éducation scolaire, américaine de résidence et marocaine de mes racines, j’en ai déduit que le Maroc représentait ma générosité, mes valeurs créatives et humaines. La France, mon goût pour le raffinement et l’art et les États-Unis, mon positivisme et ma détermination.

Un voyage-évasion adoré ?

Le désert. C’est mon voyage spirituel inédit. Le néant. Une connexion à la source instantanée… C’est le plus grand luxe pour moi.

Nezha Alaoui Portrait interview 8 mars

Votre plus grande fierté ?

Mes filles, Mayshad, mes valeurs familiales et mes racines arabo-africaines.

Une pièce mode incontournable ?

Mes manteaux en cachemire réversibles pour mes hivers et mes voyages

La personnalité qui vous inspire ?

Oprah Winfrey, ma grand-mère… Elle faisait du yoga dans les années 60 et a fait la couverture d’un magazine italien dans les années 80 pour son élégance.

Sheikha Mozah, est l’une des épouses du cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani ancien émir du Qatar.

Un souvenir marquant en mission humanitaire ?

Le contentement des gens qui ont mille fois moins que nous ! Une belle leçon de vie à retenir.

Votre objet fétiche ?

Un peigne rouge, hideux mais irremplaçable acquis à un dollar à Port au Prince en Haïti chez un marchand ambulant lors de mes missions pour les Nations-Unies. Je l’ai depuis mes débuts en 2011.

Le conseil qui vous a aidée ?

Ne juge pas les autres, observe-toi et choisis ce qui te convient. C’est un conseil très sage qui m’a aidée à prendre de la distance avec les influences de la société pour vraiment me concentrer sur mes aptitudes et ce que je peux apporter au monde. Je pourrais écrire tout un article sur le sujet.

Un restaurant favori ?

« Dar Mayshad » à Rabat et bientôt « Jenan Mayshad » à Marrakech. Ce sont mes recettes de famille, de la cuisine marocaine authentique que j’adore !

Nezha Alaoui Portrait interview 8 mars

Son réseau :

www.mayshadmag.com, pages Instagram : mayshadwoman/mayshad_fondation/ appartement_mayshad, page Facebook : MayshadWoman /AppartementMayshad/ DarMayshad