Du 20 au 23 septembre, le festival musical iconique de la ville de Tanger se met dans « tous ses états » pour présenter une 19ème édition placée sous le signe de la diversité. Armé de bonne humeur et d’une furieuse envie de danser, cette rentrée, rendez-vous en terre de jazz !

Terminé l’été, finie la saison des festivals, reléguées à l’année prochaine les soirées au clair de lune ? Ne rangez pas tout de suite vos pas de danse, cette rentrée, le festival Tanjazz investit de nouveau la capitale du Détroit pour clôturer en beauté la période estivale. Blues, swing, bebop, jazz manouche, cool jazz, free jazz…, c’est une véritable épopée musicale à travers les contrées et les influences multiples du jazz que célèbre cette 19ème édition.

nojazz tanjazz événement4 jours, 22 groupes, plus de 6 scènes, une centaine de musiciens et environ 45 concerts programmés : le festival promet une fois de plus de rythmer le mois de septembre avec une sélection d’artistes pointue, riche et joyeusement éclectique. Au programme ?
Apprécier plusieurs temps forts avec le groupe new-yorkais « Circular Time » ou encore l’excellent auteur-compositeur canadien Ori Dagan (également roi de l’impro) et savourer quelques classiques revisités en hommage aux plus grands jazzmen, comme Coltrane ou Nate Cole.

Étape suivante ? Enchaîner par la découverte d’un jazz du monde avec le groupe
« Metafisica Ensemble» ou encore s’intéresser de plus près aux rythmiques sobres et sans artifices des trios Jaume Llombart et Santi de la Rubia qui inviteront le spectateur à découvrir un jazz originaire de Catalogne et des Baléares. Se déhancher également face au trio de Majid Bekkas, créateur de « l’African Gnaoua Blues » et entreprendre un détour cadencé par le Maroc grâce aux percussions du groupe « Slatucada » originaire de Salé. Enfin, que serait un festival de jazz sans passer par les États-Unis ? Quand Matthieu Boré interprétera avec audace le répertoire néo-orléanais, Flo Bauer ré-insufflera une dynamique juvénile au blues.

AIRELLE BESSON Tanjazz événemenetPour finir en terre inconnue, le jazz se conjuguera également aux sons blues électro de « Cisco Herzaft & Micflow ». Tanjazz, c’est aussi l’occasion de tomber sur quelques pépites d’originalité comme le duo français
« Airelle Besson & Vincent Segal ».
Des scènes installées face aux jardins du Palais des Institutions Italiennes, aux concerts publics en bord de mer, jusqu’aux animations de rue, l’édition 2018 du festival promet de sillonner l’étendue de la planète jazz jusqu’au bout de la nuit. On a hâte !

Tanjazz, du 20 au 23 septembre – Palais des Institutions Italiennes, Tanger – Pass journée de 200 à 400 Dhs, full pass à 1000 Dhs – Informations et billets sur www.tanjazz.org.